Comment leur dirais-je bien cela…

Autant que la plupart des discussions avec nos petits nous viennent si facilement, certains sujets peuvent sembler plus difficiles à aborder, comme la sexualité, la mort, ou encore la situation qui se déroule présentement, soit une pandémie mondiale.

Depuis le début de cet épisode irréel que nous vivons, j’entends plusieurs versions d’explications fournies aux enfants afin de leur expliquer pourquoi ils ne vont plus à la garderie, à l’école ni voir leurs amis ou leurs proches. Le fait d’être isolé à la maison pour une durée indéterminée mérite une explication! Je sais que les parents cherchent à protéger leurs enfants et ne veulent pas leur faire peur, alors des explications maladroites telles que “C’est un gros gros microbe méchant qui se promène dans les airs et qui peut nous faire de gros bobos!”, “Il y a des bibittes sur les gens et on ne peut pas les toucher, il faut se cacher dans nos maisons” ou encore “Tout est sale dehors et on peut briser nos poumons si on sort” ne sont que le fruit d’une bienveillance parentale. Ce n’est toutefois pas la meilleure façon de s’y prendre…

Je ne juge absolument pas les parents qui ont voulu fournir une explication à leur enfant qu’ils pensaient adaptée à leur âge. Par contre, même si on peut penser que ce genre de façon de présenter les choses simplifie leur compréhension et fait aussi moins peur que la réalité, on se trompe!

Qu’est-ce qu’il peut comprendre?

Laissez-moi vous expliquer comment est-ce qu’un enfant comprend, selon son âge et son niveau de développement cognitif. Entre 2 et 6 ans, l’enfant n’est pas capable d’une pensée logique; ainsi, il ne fera pas la nuance dans des explications imagées telles que les “bibittes de qui il faut se cacher” ou des “microbes géants”. Leur capacité de distinguer le réel de l’imaginaire est en plein développement et la ligne est mince entre ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Alors, un parent qui leur offre ce genre d’explication les amèneront à comprendre que la réalité c’est effectivement qu’il faut se cacher de bibittes qui nous veulent du mal, et je ne sais pas pour vous, mais moi ça me fait presque plus peur que la notion d’un virus! De 6 à 12 ans, les enfants sont capables de comprendre beaucoup de choses, tant que c’est présenté de façon concrète. Évidemment des explications comme celles qui ont été citées en exemple ne leur plairaient pas puisqu’ils seraient en mesure de comprendre qu’elle n’est pas tout à fait juste. Par contre le fait de ne pas leur fournir de réponse satisfaisante risque de les encourager à la chercher ailleurs et ils risquent de peut-être tomber sur des sources peu fiables ou de discuter avec d’autres enfants du même âge et se générer des explications entre eux, qui peuvent eux aussi mener à plus d’angoisses.

Comment l’aider à comprendre?

La meilleure façon de leur fournir des explications claires sont de leur dire la vérité. Inutile de vouloir adoucir les mots ou de vouloir traduire une situation par des éléments fictifs: simplement leur présenter les choses telles qu’elles le sont. Leur compréhension évolue avec l’âge, mais notre discours change peu. L’important est de se laisser guider par la discussion qui se manifestera avec l’enfant et de leur laisser demander les précisions qu’ils jugeront nécessaires.

Il ne faut pas oublier qu’entre 2 et 6 ans, les enfants ne sont pas capables d’une pensée logique. Il ne faut pas hésiter à dire la vérité. Ils comprendront l’essentiel et questionneront au besoin. Laissez-moi vous présenter la discussion que j’ai eue avec mon fils de deux ans et demi lorsque le sujet de la pandémie s’est manifesté.

Cette réponse a été satisfaisante pour lui. Il n’a pas renchéri et il est passé à autre chose. On peut avoir l’impression qu’il n’a en fait rien saisi, mais quelques jours plus tard, nous sommes allés faire une promenade dans notre quartier (il faut bien en profiter tant que les marches sont encore permises!), et voici ce qui s’est dit au sujet de la pandémie lorsqu’il a voulu aller jouer dans le module au parc.

L’explication que je lui avais fournie il y a quelques jours avait eu un sens pour lui. Il se souvenait que la pandémie, c’était un concept qui faisait référence à la maladie. Je lui ai expliqué les choses avec les bons mots, telles quelles le sont. Il n’a pas eu peur ni vécu de frustrations de ne pas comprendre. En tant qu’adultes, cette situation nous fait peur, car on envisage toutes les conséquences possibles. L’enfant lui ne percevra pas tous les impacts possibles et s’il ne pose pas de questions à ce sujet, c’est inutile d’entrer dans ces détails.

Il est certain qu’un enfant un peu plus vieux, âgé de 7 à 12 ans, posera plus de questions et voudra en savoir davantage. La première chose à faire est de lui fournir une explication claire et la plus concrète possible. J’ai vu passer plusieurs illustrations explicatives de la situation que vous pouvez regarder avec l’enfant. Ma préférée est celle d’Elise Gravel:

Bande dessinée à imprimer provenant du site d’Elise Gravel

L’enfant d’âge scolaire peut poser des questions sur les conséquences de cette situation, surtout s’il perçoit les inquiétudes des parents. L’important, c’est de le rassurer et de miser sur ce qu’on sait de la situation. Par exemple, on peut lui dire qu’en effet, c’est une situation assez grave, mais que toutes les précautions sont prises. Que le gouvernement travaille fort et nous donne des règles à suivre pour éviter que nous tombions malades et que comme notre famille suivons les recommandations à la lettre, tout devrait rentrer dans l’ordre.

Les enfants sont sensibles et risquent de ressentir l’angoisse des parents. Si cette situation vous génère énormément de stress et que vous avez de la difficulté à fonctionner normalement, n’hésitez pas à aller chercher les ressources nécessaires. Parlez à un proche, cherchez les informations les plus valides et tenez-vous loin des réseaux sociaux où le partage d’articles à sensationnalisme est à son comble. Au besoin, faites appel à un professionnel de la santé, comme un psychologue (la plupart font des rencontres par vidéo-conférence!).

Le mot de la fin

Je vous rappelle que la meilleure façon d’aborder le sujet avec vos enfants et de leur dire la vérité. Essayez-le! C’est si simple et beaucoup moins épeurant que de leur fournir des explications comme “un gros microbe méchant les attend dans les endroits publics”! Surtout, prenez soin de vous et rappellez-vous que ça va bien aller!

Rédigé par Laurence Morency-Guay. Mars 2020.

Published by Laurence M. G.

Professeure de psychologie, spécialisée en développement humain.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: